Thriller

Thriller

jeudi 26 novembre 2015

DES GANTS SUR LA NUQUE

Des gants sur la nuque. De David Marchand.
France. 2015. 14 min 41 sec.
Starring : Juliet Kennedy, Martial Marie &
Chantal Baroin.


Visible sur le net depuis Halloween dernier (désolé pour le retard à l'allumage), le joliment nommé Des gants sur la nuque est bien plus qu'un court-métrage. C'est avant tout d'une bande démo (ou demo reel) dont il s'agit, le but étant ici de promouvoir le projet de long que son auteur David Marchand caresse depuis quelques années. Au vu de ces quinze minutes très inspirées, on espère de tout cœur qu'un producteur réponde à l'appel. Car les bases esthétiques et thématiques élaborées par son réalisateur et scénariste donnent sérieusement envie d'en voir plus. En attendant de découvrir Des gants sur la nuque version longue, arrêtons-nous sur son introduction, scindée en deux parties distinctes. La première nous présente une jeune hippie en manque (Juliet Kennedy, vue dans un autre court de David Marchand : Lust murders) déambulant en pleine campagne à la recherche de sa dose de coke. La mort ne tarde pas à s'abattre sur elle sous la forme d'un tueur encagoulé. La deuxième partie se focalise sur la blessure intime de l'inspecteur Claudio Torelli (Martial Marie, déjà détenteur du rôle dans l'un des précédents films du même Marchand) qui - à l'hôpital - fait ses adieux à son épouse mourante (Morgane Housset). Du suspense au tragique, Di guanti sul collo (en italien, puisqu'on cause d'un giallo) relie la violence physique et charnelle d'un meurtre à celle plus psychologique et émotionnelle de la perte d'un être cher. La seconde semble encore plus douloureuse que la première, même si la pauvre Juliet succombe à son bourreau dans une brutalité digne du Torso de Martino (avec, pour clore la séquence, un plan aérien de toute beauté). La photographie n'est pas non plus en reste, des teintes brûlantes rendant palpables une chaleur écrasante et funeste. La musique, quant à elle, finit par nous plonger dans les glorieuses 70's en faisant parvenir à nos esgourdes des notes qui n'auraient pas dépareillé dans un thriller transalpin. Bref, le résultat constitue un sans faute pour l'ami David qui mérite de voir ses fantasmes cinéphagiques prendre vie à l'écran.


Des gants bientôt sur la nuque de la belle Juliet Kennedy.
Et maintenant, le film.


10 commentaires:

  1. Ca devient une habitude. A nouveau, je garde cet article dans mes favoris pour visionner ce court métrage de qualité visiblement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Alice, j'espère que Des gants sur la nuque te plaira !

      Supprimer
  2. Bien d'accord avec ton (très bel) avis l'ami! Pour moi, c'est ce que David a fait de mieux jusqu'à présent!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve aussi. Des gants sur la nuque est le travail le plus abouti de David, ce qui augure du meilleur pour le futur long. Et merci pour ton commentaire, Rigs !

      Supprimer
  3. j'en profite pour te souhaiter une bonne et heureuse année 2016

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Alice, c'est très sympa de ta part, je t'adresse également tous mes meilleurs vœux pour cette année 2016 !

      Supprimer
  4. Hello The dirty cinema tous mes voeux pour 2016 !
    Je viens seulement de lire ton avis sur ma démo,je suis très touché par ta critique,décidément tout le monde s'accorde à me dire que c'est ce que j'ai fais de plus abouti,tant mieux,j'y ai mis tout mon coeur,malgré le manque de temps et de moyens (comme d'hab') mais dans mon esprit j'ai fais comme si je shootais réellement le film et rien de tel pour être motivé ! Encore merci à toi !
    David Marchand ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tous mes meilleurs vœux, David, que cette année 2016 fasse de toi le roi du giallo made in France ! Et de rien pour l'article, c'est toi qu'il faut remercier et encourager pour le combat que tu mènes pour réaliser tes rêves.

      Supprimer
  5. je ne comprend pas comment ça se fait que ce film ne soit pas encore produit,vraiment les producteurs en France sont des veaux dormants ...
    Il vaut mieux sans doute les comédies débiles !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faire du film de genre, et indépendant, n'est pas une chose aisée en France. C'est un refrain connu malheureusement.

      Supprimer