Thriller

Thriller

vendredi 11 septembre 2015

THE WORLD OF SHADOWS

The world of shadows. De Paul Clever.
États-Unis/Italie. 2015. 4 min 58 sec.
Starring : Paul Clever & Franco Garofalo.


Après la SF expérimentale de Help me have no human ways, le producteur Chris Milewski revient à l'horreur fulcienne avec un nouveau court-métrage intitulé The world of shadows. L'univers de l'homme derrière Aenigma et Conquest (ils ne sont pas souvent cités ceux-là, hein ?) avait déjà été abordé dans les deux premiers efforts produits par Filmiracle (la société du Chris) : The cold eyes of death et Violets bloom at an empty grave. On peut donc voir en The world of shadows, la dernière pièce d'une trilogie dédiée au père Lucio. Écrit, réalisé, monté et interprété par Paul Clever, ce "monde des ombres" fait dialoguer les vivants avec les morts, deux entités reliées ici par un étrange pacte. La lecture d'une lettre diffusée en voix off (celle de l'habitué Franco Virus cannibale Garofalo) distille d'emblée un parfum de mélancolie, accompagné à l'image par de jolis travellings décrivant l'intérieur d'un funérarium. Des profondeurs du cimetière voisin, une âme défunte cherche à s'évader de l'au-delà. Arrivera-t-elle à braver le néant et à sortir de cette nuit sans étoiles ? Dans The world of shadows, les tourments de l'esprit rejoignent ceux de la chair. Les conséquences physiques de la mort sont aussi l'occasion d'évoquer frontalement (et amoureusement) les grandes heures du gore à l'italienne (cf. le visage du cadavre cadré en gros plan et recouvert de vers affamés). Des fulgurances qui prouvent que l'œuvre de Lucio Fulci est éternelle. Prenez donc cinq minutes pour vous en convaincre (même si j'imagine que vous en êtes déjà convaincus).


The world of shadows : "ma nuit à moi, ce cercueil".




Comme d'hab, je vous file les liens vers le blog de FILMIRACLE PRODUCTIONS et la page FACEBOOK de la société de Chris Milewski.

13 commentaires:

  1. Je viens de voir le court-métrage et j'ai beaucoup aimé son ambiance de vieux films italiens, comme sa musique qui m'a renvoyé plusieurs années en arrière. Bravo à eux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement Roggy, The world of shadows nous propose un joli flashback. Et en plus, chez Filmiracle, le boulot est toujours soigné.

      Supprimer
  2. tiens j'avais laissé un commentaire mais visiblement, il s'est perdu en cours de route. Merci pour cette découverte. Comme quoi, le cinéma d'épouvante de jadis continue d'inspirer les réalisateurs actuels et c'est tant mieux ! Et puis Fulci, miam miam ! Sauf Zombie 3 évidemment. Quelle idée de collaborer avec Mattéi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien, Alice ! Désolé pour ton premier message, il s'est apparemment perdu dans les limbes. Pourtant, je surveille constamment mes notifications. Sinon, c'est sûr, Zombi 3 n'est pas le titre le plus glorieux de Fulci. Mais le film porte bien plus la marque nawakesque du duo infernal Fragasso/Mattei...

      Supprimer
  3. Ah Bruno Mattéi... Probablement le plus grand nanar man de toute l'histoire du cinéma ! Je connais les anecdotes concernant Zombi 3. Dommage car si Fulci était resté aux commandes, on tenait là un bon film de genre. Mais Bruno est passé par là

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement, la santé déclinante de Fulci a eu aussi un gros impact sur le film...

      Supprimer
  4. Tout ceci me rappelle un court de Davide Melini avec Garofalo en narrateur! Ce World of Shadows semble bien bandant en tout cas et comme tu nous y invite, je vais prendre quelques minutes pour le voir! Merci Max!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je t'en prie, tout le plaisir est pour moi ! Je ne connais pas le court dont tu parles mais je vais essayer de le débusquer sur le net. Et je te souhaite une bonne séance, Rigs!

      Supprimer
    2. Bon ça me revient maintenant, je suis tombé sur le court-métrage en question, il s'agit de The sweet hand of the White Rose. Film qui ne m'était pas inconnu puisque je l'avais déjà vu grâce à un article de Toxic Crypt. La mémoire me joue parfois des tours...

      Supprimer
  5. Et rien à voir mais je t'invite à découvrir ma dernière chronique sur le blog, soit le film le plus répugnant jamais réalisé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'intrigues là, je vais de ce pas voir de quel film il s'agit...

      Supprimer
  6. à dirty madeleine : hum... Bon tu as vu...

    RépondreSupprimer